Catégories
Actualité juridique

Le procès des attentats du 13 novembre

La plus grande audience criminelle jamais organisée en France s’est ouverte à Paris le mercredi 8 septembre dernier. Le procès surnommé symboliquement « V13 » pour vendredi 13 novembre, date des attentats, jugera vingt accusés durant 9 mois, dont Salah Abdeslam, seul membre encore en vie des terroristes qui ont attaqué la ville de Paris et de Saint-Denis en 2015.

Une nuit sanglante

Des séries d’attaques revendiquées par l’État islamique ont été perpétrées le 13 novembre 2015 à Paris et à Saint-Denis. Plusieurs terroristes se sont divisés en 3 équipes et ont agi simultanément, à quelques minutes d’intervalle. Vers 21h20, le premier commando composé de 3 kamikazes s’explose à l’intérieur du Stade de France en faisant un mort et plusieurs blessés durant le match France/Allemagne. 5 minutes plus tard, une voiture regroupant 3 autres terroristes ouvre le feu sur les personnes attablées à des cafés et des restaurants du 10e et du 11e arrondissements de Paris.

Les rues Alibert et Bichat sont les premières endeuillées : le bistrot du Carillon et le restaurant Le Petit Cambodge sont canardés. À 21h32 vient le tour des rues Faubourg-du-Temple et de la Fontaine-au-Roi : la brasserie Café Bonne Bière et la terrasse du restaurant Casa Nostra sont touchées. Cinq minutes plus tard, rue de Charonne, le restaurant La Belle Équipe est attaqué. Brahim Abdeslam, un des terroriste, descend ensuite de la voiture au boulevard Voltaire et déclenche sa ceinture explosive à la brasserie du Comptoir Voltaire.

La troisième équipe de terroristes s’introduit dans la salle de spectacle du Bataclan et ouvre le feu frénétiquement dans la foule avant de prendre des personnes en otages à l’arrivée de la BAC (brigade anticriminalité) et du BRI (Brigade de recherche et d’intervention.) L’assaut final des forces de l’ordre a lieu à 0h18, mené par le RAID (Recherche, assistance, intervention, dissuasion) et le GIGN (Groupe d’intervention de la Gendarmerie nationale.) Les terroristes sont neutralisés sans faire de victimes parmi les otages.

Bilan total des attentats du 13 novembre : 131 morts et 413 blessés.

Un procès historique

6 ans plus tard, le procès de l’attaque se veut hors-norme, à l’image de l’ampleur de la tragédie. Il devient un procès historique pour plusieurs raisons.

Plus de 1800 parties civiles seront représentées et plus de 300 avocats se trouvent présents à leurs côtés. L’ancien président de la République française, François Hollande, sera lui aussi entendu. Une salle spéciale fut construite pour l’occasion dans l’ancien Palais de Justice de Paris. Pouvant accueillir jusqu’à 550 personnes, c’est la plus grande salle d’audience jamais construite en France. Filmé pour l’histoire, ce procès se déroulera sur neuf mois, une durée inédite en France pour une audience criminelle.

Tous les yeux sont rivés sur Salah Abdeslam, seul terroriste encore en vie des commandos. Malgré quelques prises de parole durant les premières semaines du procès, son interrogatoire est prévu le 13 et le 14 janvier 2022.

Le procès se déroulera en plusieurs étapes :

  • 8 septembre : ouverture du procès.
  • 13 septembre : début de cinq semaines d’auditions des victimes.
  • Fin octobre : interrogatoire des accusées.
  • Mi-novembre : les enquêteurs retracent les évènements.
  • Début janvier : parole aux accusés.
  • Avril : début des plaidoiries.
  • Mai : verdict final.

Au service de la société

Le vendredi dernier marqua la fin de la 3ème semaine du procès. Les témoignages des victimes du restaurant La Belle Équipe se sont succédés à la bar, à l’image de celui de Thomas, Juliette et Nathan qui ont partagé le récit de leur cauchemar cette nuit-là. Pour eux, témoigner au procès est impératif et nécessaire afin de tourner la page. Toutefois, pour Thomas, ce procès hors-norme représente bien plus. « Ce procès ne doit pas juste être des chiffres et des pleurs, il faut qu’il serve notre société, qui va mal. »

Les peines encourues par les accusés vont de 20 ans de prison à la prison à perpétuité. Dès l’ouverture du procès, Salah Abdeslam n’a pas manqué de partager son mécontentement vis-à-vis des conditions de sa détention en prison. Après avoir coupé la parole du président de la cour, Jean-Louis Périès, ce dernier rétorque : « Ici on n’est pas dans un tribunal ecclésiastique, on est dans un tribunal démocratique. » Rendez-vous en mai 2022 pour le verdict final.

Sources :

https://www.ouest-france.fr/faits-divers/attentats-paris/proces/direct-proces-des-attentats-du-13-novembre-ils-ont-vecu-la-fusillade-au-bar-de-la-belle-equipe-29de01c8-2287-11ec-bbd7-9fd0eb5422e3

https://www.francetvinfo.fr/faits-divers/terrorisme/attaques-du-13-novembre-a-paris/proces-des-attentats-du-13-novembre-2015/proces-des-attentats-du-13-novembre-les-dernieres-zones-d-ombre-et-nombreuses-questions-d-une-enquete-hors-norme_4770875.html

https://www.lemonde.fr/proces-des-attentats-du-13-novembre/

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *